Avant de tambouiller

Bonjour bonjour ! 🙂

Aujourd’hui, nous allons parler de « l’amont » de la fabrication des cosmétiques home made. Vous vous doutez bien qu’il ne faut pas se lancer bille en tête, n’importe comment, bref il faut des bases !

Tout d’abord, ce qu’on appelle entre cosméteuses les BPF (les Bonnes Pratiques de Fabrication) :  il s’agit surtout de faire en sorte de préparer au mieux votre matériel, votre plan de travail (et vous même ! ^^) pour éviter les germes de tout poil susceptibles de venir s’amuser dans vos potions !

microbe-24642

(Source dessin : Educol)

  •   vous devez donc stériliser ce qui peut l’être (contenants en verre, par exemple, 10mn à l’eau bouillante), et désinfecter le reste à l’alcool à 70°c (je garde toujours un flacon spray à portée de mains)
  • portez des gants pendant vos mélanges, ou au moins lavez-vous les mains soigneusement avant de toucher aux différents ingrédients
  • pour certains ingrédients pulvérulents, portez un masque (ou au moins ne mettez pas le nez au-dessus, au risque de vous étouffer !).

Une fois vos instruments et le reste tout propre, reste à vérifier que vous êtes paré.e pour la préparation de votre recette !

IMPORTANT : Une recette fera TOUJOURS 100% !  (J’y reviendrai dans un prochain article)

  1. Ne vous lancez jamais dans une recette sans avoir vérifié que vous avez les bons ingrédients !
  2. Pesez !!!! On ne le dira jamais assez, un produit cosmétique ne se mesure pas en cuillères (qu’elles soient à café ou à soupe !), mais avec une BALANCE de précision (à 0,01g près, c’est l’idéal).
  3. Ne modifiez pas les quantités sur un coup de tête, cela a un impact direct sur votre recette (texture, propriétés,…), et de plus certains actifs ont un dosage maximal à bien respecter. Vous trouverez généralement cette information sur la fiche technique de l’actif en question (ex : la provitamine B5 chez AZ doit être utilisée entre 2 et 5% du poids total de la recette)
  4. Dés lors que votre préparation comporte une phase aqueuse (= de l’eau !), il faut incorporer un conservateur, qui évitera la prolifération d’un certain nombre de bactéries (vous avez le Cosgard chez AZ, et l’Eco-Safe au Jardin de Lilith, par exemple). Pour les produits à phase huileuse uniquement, il peut être utile de rajouter de la vitamine E, surtout si l’huile est sensible (vous avez ici un tableau sur le potentiel oxydatif -la sensibilité- des huiles végétales).

Autre point important : le test d’allergie.

Une fois votre produit réalisé, et avant de l’utiliser / de l’offrir, faites toujours un test ; en général dans le pli du coude. Si au bout de 48h il n’y a pas de réaction, vous pouvez utiliser votre préparation.

Différents articles sur les BPF :

  – chez Charlie, mon préféré, très accessible, et j’adore les illustrations !  ^^

  – l’article de Caly, qui est un peu plus ancien mais complet également 

  – chez AZ, où on vous parle également des huiles essentielles

  – sur le site de la Compagnie des Sens, où vous trouverez de nombreuses autres infos, conseils et guides d’utilisations des matières premières et ingrédients naturels.

Prochaine étape : réaliser son premier produit !

À bientôt !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s